Guichet export CCIH

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam, quis nostrud exerci tation ullamcorper suscipit lobortis nisl ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et accumsan et iusto odio dignissim qui blandit praesent luptatum zzril delenit augue duis dolore te feugait nulla facilisi. Nam liber tempor cum soluta nobis eleifend option congue nihil imperdiet doming id quod mazim placerat facer possim assum. Typi non habent claritatem insitam; est usus legentis in iis qui facit eorum claritatem. Investigationes demonstraverunt lectores legere me lius quod ii legunt saepius. Claritas est etiam processus dynamicus, qui sequitur mutationem consuetudium lectorum. Mirum est notare quam littera gothica, quam nunc putamus parum claram, anteposuerit litterarum formas humanitatis per seacula quarta decima et quinta decima. Eodem modo typi, qui nunc nobis videntur parum clari, fiant sollemnes in futurum.

Avec ce nouveau règlement (une directive européenne transposée en droit belge), l’Union européenne a voulu offrir une meilleure protection aux personnes qui signalent des violations du droit de l’UE (les « lanceurs d’alerte »). L’Union européenne souhaitait leur garantir un niveau minimum de protection.

Diverses études révèlent que la protection des lanceurs d’alerte (en plus de son aspect éthique) présente une valeur ajoutée purement économique. Les entreprises qui disposent d’une politique de signalement sont en mesure d’identifier plus rapidement les fraudes ou les irrégularités internes. Elles instaurent, en outre, une culture de la transparence et de la communication qui bénéficie à la productivité générale. L’importance d’une telle culture est d’ailleurs une préoccupation croissante lors du recrutement de nouveaux collaborateurs. Un point crucial à l’heure de la « guerre des talents ».

Ces règles s’appliquent à toutes les entités publiques. Pour les entreprises du secteur privé, elles s’appliquent à partir de 50 travailleurs. Tous les États membres de l’UE étaient tenus de transposer la directive initiale en droit national pour le 17 décembre 2021. La directive prévoyait un report jusqu’au 17 décembre 2023 pour les petites entreprises privées (moins de 250 travailleurs).

La loi belge qui transpose la directive européenne vient d’être votée et entrera effectivement en vigueur début 2023. Il sera fait usage de la possibilité de report pour les petites entreprises privées. Elles devront donc opérationnaliser la réglementation avant fin 2023.

Rien n’empêche toutefois les entreprises de prendre les devants dès aujourd’hui. La protection des lanceurs d’alerte présente, en effet, d’autres avantages que la simple conformité légale (compliance).

Toute personne qui a connaissance de violations ou d’irrégularités dans un contexte professionnel peut les signaler. Il ne s’agit donc pas seulement des personnes liées à une entreprise en qualité de travailleur. Les collaborateurs indépendants, les actionnaires, les cadres, les bénévoles et les stagiaires peuvent également signaler un fait. Les entrepreneurs, les sous-traitants et les fournisseurs doivent aussi en avoir la possibilité. Il importe qu’au moment du signalement, les auteurs aient des motifs raisonnables de croire que les informations signalées sont exactes et fondées.

La directive implique au moins une protection pour les signalements relatifs aux domaines suivants : marchés publics, services, produits et marchés financiers, prévention du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme, sécurité et conformité des produits, sécurité des transports, protection de l’environnement, radioprotection et sûreté nucléaire, sécurité des aliments destinés à l’alimentation humaine et animale, santé animale, bien-être animal, santé publique, protection des consommateurs, protection de la vie privée et des données à caractère personnel, et sécurité des réseaux et systèmes d’information. Une procédure de signalement peut aussi être entamée lorsque les intérêts financiers de l’UE sont en jeu ou qu’il existe un risque de perturbation du marché unique européen.

Le législateur belge a ajouté la fraude sociale et fiscale à cette liste. Par ailleurs, plusieurs entreprises choisissent délibérément d’étendre la possibilité de signalement, notamment aux violations de leur code éthique ou de leur code de conduite. Une telle extension facilite le recours au signalement et en améliore le fonctionnement.

La directive prévoit trois canaux de signalement.

  • Canal interne : Par ce canal, le signalement parvient à une personne spécialement désignée au sein de l’entreprise (le « Whistleblower Officer », soit le gestionnaire de signalement). Cette personne doit être impartiale et avoir un contact direct avec les cadres supérieurs de l’entreprise. Exemples : le responsable de la conformité, le directeur des ressources humaines, un juriste ou un collaborateur chargé de la protection de la vie privée, un directeur financier, un responsable des audits ou un membre du conseil d’administration. Le Whistleblower Officer veille à ce que l’identité du dénonciateur reste confidentielle à tout moment. Il n’est d’ailleurs pas obligatoire de pourvoir ce poste en interne. Le Whistleblower Officer peut également être un prestataire de services externe. Enfin, il n’est pas obligatoire que d’autres partenaires professionnels (indépendants, actionnaires, entrepreneurs, etc.) que les travailleurs aient aussi accès à ce canal interne, bien que ce soit recommandé. Une entreprise tient, en effet, à être au courant de tout problème. La plateforme de signalement que nous fournissons offre ce type de canal interne.
  • Canal externe :  Il s’agit d’un canal de signalement contrôlé par le gouvernement.
  • Divulgation publique : On entend par là le contact avec les médias traditionnels (qui relaient ensuite l’information) ou les forums publics tels que WikiLeaks.

La réglementation part du principe que le signalement interne est privilégié et que le canal externe ou la divulgation publique ne sont des alternatives qu’en cas de besoin. La divulgation publique est spécifiquement assortie de conditions supplémentaires. Un signalement doit ainsi d’abord avoir été effectué via un canal interne ou externe (mais être resté sans suite) ou doit se justifier par des circonstances très spécifiques (par exemple, un danger pour l’intérêt public ou un risque que des personnes du canal externe soient impliquées dans la violation).

Le lanceur d’alerte doit veiller à ne pas communiquer plus d’informations que nécessaire pour mettre la violation ou l’irrégularité en lumière. Une fois le signalement effectué, l’auteur doit recevoir un accusé de réception (dans les 7 jours) et un délai de suivi du signalement (3 mois) prend cours.

La directive laisse ce choix aux États membres, et il est probable que le législateur belge choisira de faire une distinction entre les entreprises de moins de 250 travailleurs et celles de 250 travailleurs ou plus. Seules ces dernières seront tenues de donner suite aux signalements anonymes. Ce qui ne veut pas dire que les entreprises de moins de 250 travailleurs n’y seront pas autorisées. Ce sera même recommandé. Dans la pratique, l’anonymat est en effet souvent un levier donnant au moins lieu à un entretien avec le lanceur d’alerte.

La plateforme de signalement que nous fournissons garantit l’anonymat du lanceur d’alerte, l’encryptage des données et l’absence de cookies ou autres trackers. 

La réglementation protège les lanceurs d’alerte contre toute forme de représailles, soit, en substance, tout traitement négatif à l’égard de l’auteur du signalement. Les entreprises conservent néanmoins le droit d’évaluer leurs travailleurs. Si le travailleur en question est un lanceur d’alerte, il appartiendra aux entreprises de démontrer que toute mesure (en cas de mauvaise évaluation) n’est pas étroitement liée au signalement effectué.

Un bon processus de mise en œuvre exploite les possibilités techniques disponibles pour permettre le signalement (anonyme) sans s’y fier exclusivement. Elle tient compte du cadre juridique (notamment le droit à la vie privée, le droit social et le droit pénal), sans oublier de créer un consensus social au sein d’une organisation. C’est le seul moyen de réussir la mise en œuvre d’un système de signalement.

Paradoxalement, une mise en œuvre fructueuse rendra un système de dénonciation en partie inutile dans la pratique. Si une organisation prône, en effet, la transparence, l’éthique et la communication, les travailleurs auront tendance à s’interpeller directement en cas de comportement déviant, sans qu’il soit nécessaire de recourir à des procédures formelles.

Notre newsletter CCIHtag (version imprimée) reprend l’agenda des activités dont les événements de la CCI Hainaut. Une version électronique, envoyée chaque mois, présente également l’agenda des activités. Vous pouvez vous y abonner via notre site web. Consultez également la page agenda de ce site web…

Toute demande d’annulation doit nous être adressée par mail au moins 3 jours ouvrables avant l’événement (events@ccih.be ). Passé ce délai, la totalité de vos frais d’inscription est due, quel que soit le motif de l’annulation. Vous pouvez vous faire remplacer (nous communiquer avant l’évènement le nom de votre remplaçant, s’il vous plait) par une autre personne de votre entreprise, à fonction égale s’il s’agit d’un événement particulièrement ciblé.

Non, l’accusé de réception (par mail) suit généralement directement votre inscription en ligne et atteste que nous avons bien reçu votre demande d’inscription. Quelques jours avant l’événement, vous recevrez un autre mail qui confirme votre inscription. Ce mail de confirmation reprécise les informations pratiques et vous fournit un plan d’accès au lieu de rendez-vous. Il n’est pas obligatoire de se munir de ce mail de confirmation le jour de l’événement mais cela est conseillé.

Si plusieurs collaborateurs sont concernés, une formation chez vous (intra-entreprise) peut vous être proposée sur mesure. Si vous êtes seul, scrutez notre agenda pour ne pas manquer nos formations externes (inter-entreprises) qui vous conviennent.

Utilisez un carnet ATA ! Pour peu que vous reveniez avec la même marchandise qu’à l’aller et endéans l’année, vous payerez uniquement le carnet sur base de la valeur de la marchandise (à la revente, au jour de la demande). Demandez votre carnet ATA via le site https://www.e-ata.eu/

Vous, ou une filiale, maison mère ou un sous-traitant (avec contrat), êtes fabriquant? Complétez alors la case 11 de la demande qui précise où la marchandise a été fabriquée (ce qui lui donne souvent l’origine du pays dans laquelle elle a été fabriquée).

Si vous êtes négociant, fournissez de préférence un document indiquant précisément l’origine non-préférentielle. À savoir soit un CO étranger, une facture d’achat ou une attestation de votre fournisseur, soit exceptionnellement une « long-term declaration » (origine préférentielle) indiquant qu’il n’y ait pas de cumul appliqué.

Pour les autres preuves d’origine, voir avec votre CCI. Il vaut toujours mieux soumettre votre preuve avant de vous rendre en nos bureaux ou d’introduire la demande sur Digichambers.

Une fois par mois, le Département d’Intelligence Stratégique de la CCI Hainaut fait parvenir sa propre newsletter aux PME qui le souhaitent. Au programme de celle-ci, le calendrier des activités «Intelligence Stratégique», des actualités mais aussi et surtout des outils ou astuces pratiques liés aux trois piliers de l’I.S. . Cliquez ici pour vous y inscrire

Toute PME (à l’exception des secteurs inéligibles – nous consulter), membre ou non-membre de la CCI Hainaut, située en Hainaut (hors Wallonie picarde) peut bénéficier de l’accompagnement en Intelligence Stratégique (diagnostic et services spécialisés). Une partie des frais liés à cet accompagnement est pris en charge par le FEDER, la Wallonie et la CCI Hainaut.

Oui, nous vous mettrons en contact avec le formateur le mieux adapté à votre demande.

Votre société a son siège social à l’étranger et vous désirez avoir une activité en Belgique? Si vous êtes originaire de l’Union Européenne et déjà commerçant, vous pouvez soit exercer avec ou sans établissement en Belgique, soit créer une succursale. Plus d’infos…

Vous payerez au final 22% du revenu imposable. Au début de l’activité, vous devrez estimer au plus juste votre revenu (voir plan financier), et ce à partir de janvier 2015. En effet, à cette date, le système de calcul des cotisations sociales changera et le cycle ne sera plus de 3 ans comme auparavant, mais d’un an et demi tout au plus, le temps que l’administration fiscale communique vos données à l’INASTI. Votre comptable et votre conseiller à la caisse d’assurances sociales vous seront d’une aide précieuse en la matière. Plus d’infos…

Pour la création de votre entreprise en personne physique, si vous n’avez pas les connaissances de gestion vous-même, vous pouvez faire appel à un préposé. Ce dernier va vérifier que vous faites ce qu’il faut, quotidiennement, pour la gestion de votre entreprise. Il sera donc impliqué et aura une fonction effective. Attention, sa responsabilité est solidaire au niveau des cotisations sociales de l’indépendant qu’il aide.

La distinction se fait surtout au niveau du capital social à libérer à la création, qui peut démarrer à 1€ selon l’activité. Plus d’infos…

Certains diplômes belges ou étrangers sont acceptés pour prouver les connaissances de gestion de base et/ou les différents accès aux professions réglementées (ex : coiffeur, véhicules à moteur, restaurateur/traiteur, …). Vous pouvez vérifier cela auprès de votre guichet d’entreprise ou via ce site.

Oui, nos activités sont ouvertes aux entreprises non-membres. Parce qu’il est votre invité et que vous être membre, vous pouvez payer pour vous et pour votre invité au prix membre.

Digichambers est un système de demande et de signature de Certificat d’Origine (CO) en ligne, avec impression directe de celui-ci dans votre bureau.

Les Chambres de Commerce et d’Industrie ont investi pour vous faciliter la vie et rejoindre ce qui se fait déjà en Belgique au niveau des douanes (PLDA) et dans certains pays en Europe pour les CO! Vous avez, dès à présent, la possibilité de vous inscrire à notre système de CO en ligne.

Celui-ci permet d’imprimer chez vous les CO, factures ou autre(s) document(s) à viser par la Chambre de Commerce. Lors de l’acceptation de votre demande par la CCI, vous pouvez imprimer directement les documents qui seront visés digitalement. Plus de déplacement et quasiment en temps réel (durant les heures d’ouverture du bureau) puisque nous sommes prévenus de votre demande par e-mail, et vous-même recevez un message à chaque transaction qui vous concerne.

Si votre dossier nécessite un visa par les ambassades, vous avez la possibilité de l’indiquer en choisissant “service consulaire” dans le mode d’impression du CO.

Nous pouvons organiser une formation à la plateforme chez vous (intra-entreprise) si plusieurs collaborateurs sont concernés. Si vous êtes seul, scrutez notre agenda pour ne pas manquer nos formations externes (inter-entreprises) qui vous conviennent.